X
Entrez votre numéro de téléphone pour être rappelé(e)


Atlanticrédit > Guide du crédit

La garantie


Pour tout crédit d’un montant supérieur entre 30 000 € et 50 000 € et/ou d’une durée dépassant les 5 à 7 ans, les Banques demandent à ce qu’il soit couvert par une garantie dite "de bonne fin". Elle permet à la Banque de recouvrer sa créance si l’emprunteur s’avère défaillant dans ses remboursements.


Elle peut revêtir plusieurs formes :


L’hypothèque est une inscription administrative, faite à la conservation des hypothèques, interdisant toute vente du bien sans l’accord du créancier. Elle est inscrite pour la durée du prêt plus un an. Toute vente avant cette échéance entraînera la perception des frais de mainlevée pour "radier" cette inscription hypothécaire.


La société de caution : la somme à verser au départ peut être plus importante, mais le coût final, après restitution d’une partie de ce fond de garantie (en général environ 75 %), sera nettement moindre.


C’est la banque qui exige la garantie, mais c’est l’emprunteur qui la paye, ce qui lui donne le droit, en théorie, de la choisir : pour lui, seul le tarif importera.

Toutefois, si la société de caution refuse d’intervenir dans le dossier, il n’y a plus de choix possible.


Les Banques ont une préférence de plus en plus marquée pour l’intervention des sociétés de caution : en effet en cas de contentieux, il est beaucoup plus facile pour elles de recouvrer leur créance, une simple lettre à la société de caution suffisant.


Attention : l’intervention d’une société de caution n’exonère pas l’emprunteur de ses obligations, celle-ci se retournera contre lui (après avoir désintéressée la Banque) exactement comme la Banque l’aurait fait.

L’hypothèque


L’hypothèque elle, ne peut être refusée. Il s’agit d’une inscription administrative, faite à la conservation des hypothèques, interdisant toute vente du bien sans l’accord du créancier, qui ne le donnera bien entendu, que lorsqu’ il sera remboursé.


Elle est inscrite pour la durée du prêt plus un an.

Toute vente avant cette échéance entraînera la perception des frais de main levée pour "radier" cette inscription hypothécaire.


Son tarif est différent selon si elle est inscrite dans le cadre :

  • d’un acte (privilège de prêteur de deniers = PPD)
  • en dehors d’un acte (hypothèque conventionnelle)
  • de prêts réglementés (PTZ - PC PAS) qui permettent de bénéficier d’un tarif réduit.

La modulation


C’est la possibilité qui est donnée aux emprunteurs de modifier (moduler) leurs mensualités à la hausse, ou à la baisse.


Contrairement au remboursement anticipé, la modulation n’est pas du tout réglementée.


Chaque banque a donc sa formule, plus ou moins permissive, qui peut aller de 10 % jusqu’à la possibilité de doubler sa mensualité tous les ans, à condition toutefois que vos revenus le permettent, car la banque regardera toujours votre capacité d’endettement.


C’est un outil de gestion de votre crédit intéressant qui peut vous permettre d’alléger vos mensualités pour passer un moment délicat, ou dégager de la capacité d’endettement pour un autre projet par exemple, vous n’avez pas à le justifier.


La baisse des mensualités entraînera une augmentation de la durée du prêt que les banques limitent généralement à 2 ans.


La modulation peut être gratuite, ou payante. Souvent souhaitée par les emprunteurs à la mise en place du crédit, elle est dans la pratique rarement utilisée.

Les IRA


Vous avez la possibilité de pratiquer des remboursements anticipés partiels (ou un remboursement total) de vos prêts.


Personne ne peut vous empêcher de le faire, mais sachez que ceux-ci sont réglementés.

Ils ne peuvent être d’un montant inférieur à 10 % du capital emprunté, sauf s’il s’agit du solde.

Ils peuvent, en outre, être assortis de la perception par la banque d’une indemnité de remboursement anticipé (IRA). Celle-ci est également réglementée et est égale à six mois d’intérêt sans pouvoir excéder 3% du capital remboursé.


Pour les prêts souscrits depuis la loi du 1er juillet 1999, aucune indemnité n’est due lorsque le remboursement est motivé par :

  • la vente du bien, suite à un changement de lieu d’activité professionnelle de l’emprunteur ou de son conjoint,
  • le décès ou la cessation forcée de l’activité professionnelle.
Pour éviter toute pénalité en cas de remboursement anticipé de votre crédit, il est nécessaire de prévoir ce cas de figure à la négociation de celui-ci. La banque pourra éventuellement vous accorder la remise parfois partielle, ou sous conditions de remboursement anticipé.

Il est en général plus aisé de négocier l’absence d’IRA en taux révisable, certaines banques le mentionnent dans leurs conditions.

Le compromis de vente


Il y a deux échéances à respecter au regard de la condition suspensive d’obtention de crédit :


La première, fixée 10 à 15 jours après la signature du compromis, oblige à justifier des démarches effectuées pour la recherche du financement par :

  • la fourniture d’une simulation,
  • ou d’une attestation de dépôt de dossier.
Aucune sanction n’est toutefois prévue en cas de non respect de cette première échéance.

La seconde, fixée 30 à 45 jours après la signature du compromis, oblige à justifier de l’obtention ou du refus du crédit par :
  • la fourniture d’une offre de prêt ou d’un accord de principe,
  • ou, en cas de refus, d’une lettre en attestant.
Celle ci est assortie d’une sanction. En cas de non-respect de cette clause, le vendeur est fondé à casser le compromis et conserver néanmoins le dédommagement prévu.

L’offre de prêt


L’offre de prêt est valable 30 jours. Passé ce délai, la banque peut la remettre en cause.


Elle ne peut être acceptée avant un délai de réflexion OBLIGATOIRE de 11 jours.

Les délais sont validés par les cachets de la Poste.


Une fois acceptée, elle est validée pour 4 mois, prorogeable 1 à 2 mois de plus.

Cette prolongation est au bon vouloir de la banque.


A l’issue de ce délai, s’il n’y a pas eu de déblocage, la banque peut la déclarer caduque.

La société de caution


Il en existe deux types, avec ou sans Fonds mutuel de garantie.


S’il y en a un, la somme à verser au départ peut être plus importante, mais le coût final, après restitution d’une partie de ce fonds de garantie (en général 75 %), sera nettement moindre.


Mais attention, celui-ci est mutualisé et la quotité de restitution peut donc varier en fonction des "résultats" subis par la société de caution.


Certaines banques ont leur propre société de caution comme la CAMCA du Crédit Agricole ou la SACCEF des Banques Populaires et Caisses d’Épargne.


Il n’en existe à ce jour qu’une seule qui soit "universelle" et travaille donc avec toutes les banques qui le souhaitent : il s’agit de Crédit Logement, société de caution mutuelle avec fonds mutuel de garantie.

Le Taux


Appliqué au capital à rembourser, le taux détermine le montant de vos mensualités hors assurance.

Il peut être fixe, dans ce cas vos mensualités resteront identiques.


Il peut également être révisable et pourra alors varier à la hausse ou à la baisse en fonction :

  • des modalités de révision prévues dans votre offre de prêt,
  • des variations de l’indice de référence utilisé pour son calcul (par exemple l’EURIBOR).
Cela peut entraîner une modification de vos mensualités et/ ou de la durée de votre prêt.
Le taux révisable peut pourtant être intéressant, à certaines conditions :
  • de bénéficier d’un taux de départ sensiblement plus faible que le taux fixe, ce qui pourra peut-être permettre d’emprunter sur une durée plus courte, à mensualités égales (ou d’emprunter plus sur une même durée).
  • de bénéficier d'offres où l’impact des révisions se fait sur la mensualité (et non sur la durée ce qui est plus coûteux), sous réserve d’accepter que la mensualité puisse augmenter,
  • de limiter les variations à la hausse en prenant un taux capé (plafonné),
  • d'examiner de très près les modalités de révision, et éviter autant que possible les formules avec des taux de départ baissés, qui monteront de façon automatique dès la 1ère révision, même si les indices de référence eux, n’ont pas augmenté.
Le taux peut aussi s’appliquer à un crédit qui ne s’amortit pas ; c’est le cas des relais et des crédits "In Fine", ainsi que des intérêts intercalaires, par exemple dans les constructions.

Les assurances

Lors d'un prêt immobilier, vous devez vous assurer pour garantir la banque en cas de décès ou invalidité générant une incapacité de travail.

Le coût de cette assurance emprunteur est plus important qu'il n'y paraît. En effet, les banques vous proposent une assurance en fonction du capital initialement emprunté, et son coût est fixe alors même que le capital est progressivement remboursé...

Surtout pour les jeunes emprunteurs (moins de 45 ans), il est préférable de prendre une délégation d'assurance (c'est-à-dire une assurance autre que celle proposée par votre banque) souvent bien moins chère et avec des garanties équivalentes.

Attention aux pénalités appliquées par certaines banques en cas de recours à une assurance externe (majoration des frais de dossier, voire du taux). Parfois même, certaines banques refusent tout simplement ces délégations.

L’ASSURANCE DÉCÈS / INVALIDITÉ, ARRÊT DE TRAVAIL ET/OU CHÔMAGE

Elle est obligatoire et vous couvre pour le décès (DC), la perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA ) au minimum et également pour l’invalidité et l’incapacité temporaire de travail (ITT).
Ceci à la condition que l’emprunt concerne votre résidence principale et que vous avez une activité professionnelle.

Le taux minimum de couverture est de 100% réparti en fonction des revenus et de votre situation financière (exemple 50/50 ou 60/40...).

Elle est au maximum de 200 %, ce qui signifie qu’en cas de décès, d’invalidité ou d’arrêt de travail la cotisation est entièrement prise en charge, voire le capital restant dû entièrement remboursé.

Lexique

Annuité

Échéance de périodicité annuelle.


Amortissement

Pour un emprunt, l'amortissement est le capital qui est remboursé à chaque échéance. Par extension, on parle de période d'amortissement (par exemple après une période de différé) quand le capital du crédit commence réellement à être remboursé.


Amortissement constant

Sur un crédit à amortissement constant, la même somme de capital est remboursée à chaque échéance. Le montant des échéances (capital + intérêts) diminuent donc avec le temps. Au contraire, si le montant de l'échéance est fixe, il s'agit d'un crédit à échéances constantes.


Amortissement négatif

Sur un crédit à échéances constantes (ou en période de différé) : quand les intérêts calculés sont supérieurs au montant de l'échéance. Dans cette situation, aucun capital n'est remboursé. Au contraire, la différence entre le montant des intérêts et le montant de l'échéance s'ajoute au capital restant dû.


Amortissement in fine

Crédit in fine ou amortissement in fine. C'est un crédit dont le remboursement du capital est effectué seulement sur la dernière échéance.


Capital

Le capital (sans autre précision) est le montant emprunté.


Capital restant dû

C'est la partie du capital emprunté qui n'a pas encore été remboursé. Autrement dit, le solde du crédit après le paiement d'une ou plusieurs échéances, ou encore, le montant du capital qui reste à rembourser.


Crédit-relais

C'est un crédit, en général à amortissement in fine, dans l'attente d'une rentrée d'argent. Ce crédit est utilisé essentiellement pour l'achat de bien immobilier dans l'attente de la revente d'un autre bien.


Différé partiel (d'amortissement)

Une échéance en différé partiel (ou différé simple) est une échéance où seuls des intérêts sont remboursés (plus l'éventuelle assurance). Il n'y a pas de capital remboursé.


Différé total (d'amortissement)

Une échéance en différé total est une échéance où aucun remboursement n'a lieu (seule l'éventuelle assurance est prélevée). Les intérêts s'ajoutent alors au capital restant dû par un amortissement négatif.


Durée d'amortissement

C'est la durée pendant laquelle le crédit est remboursé en capital. Cette durée peut être différente de la durée du crédit si celui-ci comprends une période de différé.

Échéance

C'est le nom de l'opération financière consistant à rembourser périodiquement le crédit. Elle est caractérisée par sa date et sa périodicité.


Intérêts intercalaires

On parle d'intérêts intercalaires par opposition aux intérêts d'une échéance régulière, dans 2 situations : • Sur un crédit avec déblocage progressif des fonds. Pendant la période de déblocage, les échéances ne comportent que des intérêts intercalaires calculés au taux du crédit sur les fonds déjà débloquées. • Lorsque la période entre le déblocage complet des fonds et la première échéance du crédit ne correspond pas à la périodicité des échéances de ce crédit. (autrement dit, sur un crédit à échéance mensuelle, lorsque la première échéance n'est pas exactement un mois après le déblocage complet des fonds). La première échéance comporte alors des intérêts intercalaires.


Mensualité

C'est une échéance de périodicité mensuelle.


Principal

Le principal est la partie du capital qui est remboursé dans une échéance. C'est un synonyme de l'amortissement. Mot assez peu usité, aujourd'hui. (Rappelez-vous la Cigale et la Fourmi de Jean de la Fontaine. Extrait : je vous paierai, lui dit-elle, avant l'août, foi d'animal, Intérêt et principal).


Remboursement anticipé

Opération consistant à rembourser, avant terme, le capital restant dû. Le remboursement anticipé peut être partiel ou total.


Tableau d'amortissement

Tableau présentant l'amortissement du crédit, en général, échéance par échéance. Le tableau donne le détail des remboursements, du principal et des intérêts.


Taux effectif global

Le TEG ou Taux effectif global, c'est le taux résultant de tous les remboursements (frais compris) si ceux-ci n'avaient été constitués que d'intérêt et de principal.


Taux proportionnel

C'est la technique de taux qui consiste à diviser le taux annuel par le nombre d'échéances dans l'année pour obtenir le taux périodique.


Taux d'intérêt (annuel)

Sans précision, c'est le taux annuel du crédit.


Taux nominal (annuel)

C'est le taux (annuel) du crédit quand celui-ci est calculé au taux proportionnel.


Taux révisable ou variable

C'est un crédit dont le taux d'intérêt évolue (ou peut évoluer) au fil du temps. Il a une influence sur la durée ou sur l’échéance.


Atlanticrédit


Nous sommes des professionnels de la finance et de l’immobilier. Tous nos conseillers sont formés et actualisent leurs compétences annuellement par de la formation continue.

Depuis 2012, plus de 5000 familles nous ont fait confiance pour leur projet immobilier. Notre relation privilégiée avec les partenaires bancaires nous permet de vous faire bénéficier des meilleures conditions de marchés.

Pour vos projets immobiliers, contactez-nous :
Soit en amont de votre projet
Ou alors quand votre compromis est signé.

On se déplace à domicile, ou on vous reçoit dans nos agences. Lors de ce 1er rdv, on réalise une analyse bancaire qui nous permet dès ce 1er contact de vous donner votre budget, vos mensualités ainsi que les taux pratiqués.

honoraires PARRAINAGE

Nom & Prénom
Ville
Téléphone
E-mail
Message
Case de sécurité


141 Avenue du Maréchal Joffre

44250 ST BREVIN LES PINS


Mentions légales

Tony LECLAIR

06 84 60 27 12


Secteur SAINT BREVIN - SAINT NAZAIRE-NANTES

Jenny LAZENNEC

07 60 95 85 63


Secteur BOUGUENAIS - PORT SAINT PÈRE - GRAND-LIEU

Mickaël HERRIAU

06 06 46 74 27


Secteur NANTES - ANCENIS

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ?

nous rejoindre

Courtiers en prêt immobilier Loire-Atlantique - Vendée - Morbihan

Pornic, Guérande, La Baule, Pays-De-Retz, Carene, Châteaubriant, Saint Brévin les Pins, La Roche-Bernard, Grand-lieu, Bouguenais, Herbignac, Nantes, 44